La troupe amateur de Fercé
Vous êtes ici : Accueil » Dernières Saisons » Saison 2018 » 1, 2, 3 ! Labiche !

1, 2, 3 ! Labiche !

D 6 novembre 2018     H 10:42     A Yves     C 0 messages


Labiche apparaît plus subversif qu’on pourrait le penser, tant dans la forme que dans le fond. En 1964, dans une célèbre étude consacrée à Eugène Labiche, Philippe Soupault a montré la cruauté des observations et des peintures sociales. Au-delà du divertissement il offre une vision satirique et cruelle de la société.
Nous en avons choisi 3 exemples dans son abondante production :
Le cachemire XBT
Lobligeois et Rotanger ont une belle boutique et une bonne enseigne : « Au Castor Laborieux ». Mais ils ne cessent de se disputer et les épouses mettent de l’huile sur le feu… la dispute se concentre sur le cachemire X.B.T. dont personne ne veut : c’est un joli châle pour l’un, une horreur pour l’autre…
Je croque ma tante
Chateaugredin se prépare à passer une bonne soirée : sa femme est en vacances à Trouville, il vient d’hériter de sa tante et pour célébrer sa fête, il va se faire livrer un bon dînez chez sa maîtresse, une de ses locataires Anaïs de Ripincel. Mais sa femme rentre de manière inopinée : Chateaugredin va devoir modifier son programme, avec la complicité des deux domestiques d’Anaïs.
L’affaire de la rue de Lourcine
Lenglumé se réveille avec une gueule de bois et trouve dans son lit un homme dans le même état, Mistingue. Ils se souviennent seulement d’avoir participé la veille au dîner organisé par l’institution Labadens dont ils étaient tous deux élèves. Au cours du déjeuner, Norine, la femme de Lenglumé, leur lit un article sur le meurtre d’une jeune charbonnière, retrouvée dans la rue de Lourcine. Lenglumé et Mistingue craignent d’être les meurtriers, car plusieurs détails sont troublants.

Dans la même rubrique

6 novembre – 2018 : 1, 2, 3 ! Labiche